top of page
  • Photo du rédacteurChristophe Phelippeau

SEIKO PROSPEX GMTUn calibre, trois nouveautés

Publié le 3 juillet 2023 par Nicolas AmsellemHORLOGE



Il y a peu de temps, nous avions le plaisir de découvrir une nouvelle Seiko très prometteuse : la Seiko Prospex GMT. Une grande première pour Seiko, qui avec ce lancement a décidément envoyé du très lourd en proposant une plongeuse automatique avec complication GMT et une réserve de marche de trois jours. Rien que ça. Nous avions très envie de vous la présenter, et c’est aujourd’hui le cas après l’avoir eue un petit peu entre les mains.


SEIKO ET LA PLONGÉE

Avant de rentrer dans les détails de cette nouvelle Seiko Prospex GMT, revenons rapidement à l’histoire de Seiko et de la plongée. Une histoire qui débute juste après les Jeux Olympiques de Tokyo de 1964 alors qu’une nouvelle vague de fierté nationale traverse le pays. Un sentiment d’une ampleur méconnue depuis la défaite du Japon la fin de la deuxième Guerre Mondiale.

Nous sommes en 1965 lorsque Seiko lance sa première montre de plongée automatique, la 62MAS-010, étanche à 150m. Les horlogers de chez Seiko, avec déjà cette volonté de rivaliser avec les créations helvétiques, considèrent d’une importance primordiale de concevoir et réaliser une montre de plongée de première qualité. Résistante aux chocs surtout à l’eau, un diver représente effectivement à l’époque et toujours aujourd’hui, une forme de test ultime pour le savoir faire horloger.



A cette époque de grandes découvertes et d’exploration des fonds marins, la montre de plongée est un outil essentiel et les plongeurs plaçaient littéralement leurs vies entre les mains des horlogers. Les ingénieurs nippons n’en étaient que plus fiers.

Deux ans plus tard en 1967, ces mêmes ingénieurs et horlogers mettent au point une montre étanche à 300m (la référence 6215-10). L’étanchéité de la première montre de plongée est doublée et la confiance de l’équipe en charge du développement est à son apogée. L’année suivante en 1968 ils présentent la quintessence de la montre de plongée nippone avec son boîtier monobloc et calibre automatic Hi-Beat Grand Seiko, elle aussi étanche à 300m. La référence 6159 était née, une légende qui servira de base à la création de la future Marine Master 300.

Vous l’avez compris, au travers de plus de cinquante ans de développement, Seiko continue de faire plaisir aux plongeurs du monde entier et de faire naître, décennie après décennie, de véritables montres de plongée professionnelles, conçues pour les aventures sous-marines mais tout aussi sérieuses en dehors de l’eau.

Ce n’est pas un hasard si le logo Prospex incarne cette ambition. Et si vous vous demandiez, non, le célèbre logo n’est pas un X. Si vous y regardez de plus près vous y verrez bien un P et un S imbriqués qui signifient Professionnal Specifications.




L’autre belle évolution de ce nouveau calibre 6R54 est de proposer une réserve de marche de 72 heures. Une fois la montre bien remontée manuellement, aucun problème donc pour la porter au quotidien et que le remontage automatique garde une bonne réserve de marche et ce même si vous ne bougez pas énormément la journée.

Ce mouvement, vous ne pourrez pas l’apercevoir car il est caché derrière un fond de boitier en acier plein présentant une jolie gravure, mais je me dois de vous dire que même s’il reste très simple, il présente de jolies finitions, côtes de Tokyo et soleillage en tête de liste.


Le cadran est bien réussi, dévoilant sur notre itération noire matte (SPB 383) les larges index et aiguilles (je précise, toutes les aiguilles) avec leur dose de Lumibrite, plutôt obligatoire quand on parle de montre de plongée. Il s’intègre dans un boitier de 42 mm de diamètre et de 12,9 mm d’épaisseur, et par ses cornes courtes de bien s’asseoir sur à peu près n’importe quel poignet. Ce boitier, on l’apprécie beaucoup et c’est la première chose qui caresse notre regard une fois entre les mains car il présente des finitions très douces, j’entends une alternance de polis et brossés, laissant apparaître un très large chanfrein signature de la montre. Vous trouverez aussi au menu un beau cadran vert soleillé (SPB 381) avec une lunette en céramique verte pour créer une belle combinaison. La troisième déclinaison est limitée à 4000 exemplaires et présente un magnifique cadran bleu glacier avec une jolie texture, que nous avions déjà pu observer sur les éditions Save The Ocean en 2022.



Chacune est présentée sur un nouveau bracelet en acier à trois maillons en acier inoxydable, et la dernière référence bleu glacier (SPB385) est aussi livrée avec un bracelet en plastique recyclé. Les nouvelles Seiko Prospex GMT sont proposées au prix de 1.700€, hormis l’édition limitée au prix de 1.900€. Des montres qui, la première fois entre les mains, renvoient immédiatement à de la solidité et due la qualité par les finitions soignées et l’éclat de la céramique et des différents éléments du cadran. Je ne peux que vous encourager à les essayer !


23 vues0 commentaire

Comments


bottom of page